Fondation Pinault, come back !

KUANLU Architects

Copyright Kuan Architects + Partners Projet non-contractuel – donné ici à titre d’exemple.

 

 

2005 est l’année de l’incompréhension pour le monde de la culture : le projet de la fondation Pinault, à Boulogne-Billancourt, est abandonnée.

En effet, François Pinault, lassé par les lenteurs administratives et le manque de volonté politique, voit son projet de fondation d’art contemporain dessinée par l’architecte Tadao Andõ en 1999 s’enliser pour encore de nombreuses années. On peut le comprendre, il est rare qu’on se voit refuser un tel projet, pourtant en France on ose se le permettre, du moins à cette époque. Adieu donc les 32000 m2 projetées pour exposer une des collections privées les plus importantes  et qui devait s’ériger sur une des pointes de l’île Seguin à Boulogne-Billancourt.

La fondation Pinault est partie à Venise au Palais Grassi, dans un espace certes plus restreint, 5000m2, mais dont le projet fût monté en une année.

Mais le mais sort de sa tanière, car on est en 2015, certains paramètres ont évolué, la fondation Vuitton a ouvert avec le succès qu’on lui connait, et celle de la fondation Luma à Arles est en cours de construction avec un bâtiment iconique de Franck Gehry (encore lui). Dès lors, je me prends à rêver, en espérant ne pas être le seul (hein François), à un retour de la fondation Pinault en France, sur le territoire du Grand Paris (si possible), surtout si la COP21 est un échec avec pour conséquence une montée inexorable des eaux (oups Venise, non non je ne te le souhaite pas, je t’aime !).

Mais dès lors quel lieu ? Pour moi l’ouest est déjà bien équipé et synonyme d’échec (si si, bon l’argument est moyen). Par ailleurs, il faut un espace bien desservi et équivalent à l’environnement de la fondation Vuitton dans le bois de Boulogne. Dans Paris intramuros, l’espace est rare, le bois de Vincennes serait un bel écrin, mais n’est pas constructible. Pourtant avec les techniques actuelles, il est possible de construire dans des lieux difficiles, tel au-dessus des voies, qu’elles soient ferrées ou non.  Citons par exemple un projet en cours dans la zac rive gauche, où à la place de construire une dalle couteuse, le choix s’est fait sur un bâtiment pont prenant appui à ses extrémités. De là, il n’y a qu’un pas pour imaginer une fondation « pont »  légère sur l’A86 à l’extrémité du bois de Vincennes, du côté de l’école du Breuil.

Ainsi posée sur le flux des milliers de véhicules de l’autoroute, le bâtiment permettrait une vision multiple, d’un côté le mouvement et la « modernité », et de l’autre, le calme, la nature reposante du bois de Vincennes et de sa vue sur la canopée de celle-ci, voire au-delà.

Il ne s’agit bien évidemment que d’une proposition, le projet n’est pas officiel. Je remercie le cabinet d’architecture  Kuan Architects auquel j’ai emprunté un de ses (magnifique) projets pour cette simulation.

L’avenir est peut-être prometteur…

Proposition de Fondation Pinault

Simulation sur l’A86 – niveau Ecole du Breuil / Joinville-le-Pont

 


 

Update du 1er décembre :

Selon plusieurs articles de presse, mon souhait va se réaliser ; François Pinault lorgne sur un des sites du projet Réinventer Paris source : Ouest-france

 

MAJ avril 2016 : La fondation Pinault va s’installer dans le magnifique écrin de la Bourse du Commerce aux Halles, mon projet devait être trop cher 🙂

Ouverture 2018 – communiqué de presse de l’annonce : ici

Please follow and like us:

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *